Protection menstruelle zéro déchet : laquelle choisir ?

Les protections menstruelles jetables sont problématiques pour l'environnement et la santé. Contre les produits toxiques et les nombreux déchets plastiques, il existe différentes alternatives écologiques comme la cup et les culottes menstruelles. Composition, fonctionnement, entretien et prix, zoom sur les avantages et désavantages pour mieux choisir la protection durable qui vous convient.

Pourquoi utiliser des protections périodiques lavables ?

Plusieurs raisons peuvent répondre à cette question. Deux semblent de nature prioritaire : la santé et l'environnement.

Des protections sans danger pour la santé

Après de nombres signaux d'alerte concernant la composition des protections jetables servant en période de règles, il paraît pertinent d'arrêter leur utilisation.

Présence de produits toxiques suspectés d'être des perturbateurs endocriniens et cancérigènes (tels que le chlore). Pesticides et BPA s'ajoutant aussi au cocktail. Le tout en contact direct avec notre vulve voire même, à l'intérieur de notre vagin dans le cas des tampons. De quoi profiter d'une petite infusion molotov.

Quand est-il des serviettes et tampons biologiques ? S'il est vrai que leur composition est bien plus respectueuse de notre intimité (et donc aussi de l'environnement), ce type de protections reste de l'ordre du jetable et constitue toujours une source de déchets non négligeable puisque mensuelle.

Jetons un œil sur les alternatives écologiques d'un niveau supérieur.

Des protections zéro déchet pour l'environnement

Force est de constater que les protections jetables causent un bon nombre de déchets visibles. Emballage du paquet extérieur, emballage individuel de la serviette ou du tampon, languette plastifiée pour la partie adhésive ou encore applicateur dans le cas du tampon. Près de 150kg de déchets estimés (et moyens) sont a envisager au cours de la vie d'une personne menstruée.

Ce n'est en effet que la partie visible de l'iceberg. Il faut aussi penser à tous les déchets dits invisibles et indirects liés à la consommation de ces dispositifs menstruels. Pour exemple, ceux produits au moment de l'extraction des matières premières, à la fabrication mais aussi à leur élimination une fois usagées, sans oublier les substances toxiques précédemment citées.

De plus, la composition de ses protections jetables fait qu'elles ne sont pas biodégradables à cause du plastique qu'elles contiennent. Serviettes et tampons peuvent mettre jusqu'à plusieurs centaines d'années avant de se dégrader (et se dégrader, veut simplement dire "se réduire en micro-particules dans la nature").

Une autre conséquence de notre consommation de protections "plastique" est qu'un bon nombre d'entre elles (surtout les tampons), est jeté dans les toilettes, et donc peut atterrir directement dans les océans, libérant ainsi du plastique.

Il est donc nécessaire de se pencher vers des protections plus durables à la fois pour l’environnement mais aussi dans le temps.

Les différents types de protections menstruelles lavables

Comme pour les protections jetables, il existe deux grands types de protections périodiques écologiques. Le premier étant la cup menstruelle qui est une protection dite "interne" et pouvant remplacer les tampons. Pour le second, nous avons le choix entre les serviettes et la lingerie lavables dites protections "externes" qui peuvent remplacer les serviettes et protège-slips classiques.

Protection interne : la coupe menstruelle (ou cup)

Attardons-nous sur l'option qui conviendra le mieux aux utilisateurices de tampons, la cup. Protection totalement invisible puisqu'elle s'insère dans le vagin, elle donne beaucoup de liberté. Elle permet notamment de pouvoir uriner sans se soucier de la fameuse ficelle qui dépasse. Les câlins sous la couette sont aussi plus facilement envisageables pour les personnes moins à l'aise avec leurs menstrues puisqu'elle est d'une totale discrétion.

Fonctionnement et composition

La cup menstruelle porte bien sont nom car il sagit d'une petite coupe de quelques centimètres de diamètres (en moyenne 4-5cm de longueur comme de largeur) en fonction de la taille et de la contenance choisie. Son rôle est, une fois introduite dans le vagin, d'accueillir le sang des règles qui s'écoule de l'utérus.

Ce dispositif interne épouse les parois du vagin en ne laissant pas passer d'air (joint d'étanchéité). Ainsi maintenue par nos muscles, elle reste en place et les fuites sont évitées jusqu'à 4-8-12h selon votre flux et les conseils d'utilisation de la marque. Pour l'enlever, il faudra plier la cup d'une certaine manière à l'intérieur du vagin afin de casser ledit "effet ventouse" et la retirer facilement.

La coupe menstruelle est souvent proscrite dans le cas des personnes qui ont un stérilet comme moyen de contraception. Cependant, comme dirait ma gynéco "un stérilet bien placé n'a aucune raison de bouger, même avec une cup mal pincée". Je vous laisse donc libres de vous positionner.

Composée de silicone platine médical en adéquation avec les normes de santé (sans BPA, sans parfum, sans agent blanchissant,...), elle est considérée comme sécure.

Cependant, attention à ce qu'on appelle le Syndrome du Choc Toxique (SCT) car, comme pour les tampons jetables, la cup peut favoriser l'apparition de cette maladie aiguë très grave chez les personnes porteuses de la bactérie concernée (staphylococcus aureus qui est naturellement présent dans notre flore vaginale). On suggère de vider sa coupe toutes les 4h. C'est pourquoi, il est déconseillé de façon préventive, de la porter la nuit.

À titre personnel, j'utilise la cup depuis une dizaine d'années et tout se passe très bien.

Entretien, durée de vie et prix

La stérilisation est le mot d'ordre de l'entretien de sa coupe menstruelle. Pour ce faire, il suffit de la plonger dans un bol d'eau bouillante pendant quelques minutes. Cette opération est à faire avant et après les règles. Le but étant d'éliminer les bactéries, mais aussi les odeurs et les taches.

Pendant son cycle, il est important de bien rincer sa cup à l'eau claire après l'avoir vidée et avant de la réinsérer dans le vagin. Afin d'éviter une décoloration suite à la cuisson du sang, il est conseillé d'utiliser de l'eau froide.

En moyenne, la durée de vie de ce dispositif vaginal est de cinq à dix ans contre une somme moyenne de vingt euros. Ce qui en fait la protection la moins chère d'un point de vue investissement sur le long terme.

Protections externes : serviettes lavables et culottes de règles

Quand j'en discute avec mon entourage ou avec ma communauté, il semblerait que ça soit LA protection la plus utilisée et appréciée par les personnes menstruées. Seule, ou en supplément de la cup quand il est difficile d'avoir suffisamment d'intimité, d'hygiène ou accès à un lavabo (coucou les toilettes publiques inexistantes ou celles du bureau avec un lavabo pour 10).

Beaucoup de personnes, notamment lors des premières règles mais pas que, souhaitent éviter d'insérer un corps étranger tel qu'un tampon ou encore une cup dans leur vagin. Si les serviettes jetables ont un franc succès dans ce cas de figure, il existe bel et bien des alternatives plus écologiques. Serviettes lavables et culottes de règles sont de sortie !

Fonctionnement et composition

Les serviettes et culottes périodiques se basent sur un principe d'absorption en plusieurs couches comme un mille-feuille (sauf que celui-ci ne se mange pas) :

  • une couche qui accueille le sang (généralement en coton ou en bambou)
  • une à deux couches ultra absorbantes (par exemple, du tencel : fibre d'eucalyptus)
  • une couche imperméable pour éviter les fuites et le transfert sur les vêtements

La capacité d'absorption des serviettes lavables correspond à celles des serviettes jetables. Avec de la lingerie menstruelle, nous partons sur une efficacité pouvant aller jusqu'à 12h en fonction de son flux et du modèle choisi. Il existe de nos jours différents styles allant de la culotte au shorty, en passant même par le tanga. Exit la sensation de couche-culotte !

De plus, ce type de protections durables peut aussi être utilisé dans le cas de fuites urinaires et/ou pertes vaginales. On évite ainsi les fameux protèges-slip jetables qui sont à proscrire pour tout environnement quel qu'il soit (celui de notre vagin compris !).

Entretien, durée de vie et prix

L'entretien est important pour garder ses sous-vêtements menstruels efficaces le plus longtemps possible. Un rinçage à l'eau froide pour enlever le sang est conseillé (surtout si on a un flux abondant). Côté lavage, c'est à votre guise. Lavage à la main ou en machine à 30 degrés avec du linge foncé.

Attention : on évite les savons épais comme celui de Marseille ainsi que les adoucissants (pour ne pas obstruer les parties absorbantes). Privilégier un séchage sans chaleur pour ne pas abîmer les tissus technologiques.

Durable par leur composition, mais aussi par leur durée de vie. Les serviettes menstruelles peuvent nous accompagner jusqu'à cinq ans. Tandis que les culottes de règles se gardent en moyenne trois ans (pour une utilisation régulière).

Au niveau du prix, les serviettes se situent dans une fourchette à partir de moins de cinq euros pour les flux légers jusqu'à une vingtaine d'euros pour les plus abondants. Tandis que la lingerie se situe en moyenne vers une quarantaine d'euros qu'importe la capacité d'absorption.

Le flux instinctif libre ou continence menstruelle

Le flux instinctif libre (FIL) est la protection menstruelle on ne peut plus zéro déchet. Il consiste à retenir le sang des règles à l'intérieur du vagin par la contraction du périnée jusqu'au moment choisi (ou nécessaire) de l'évacuation dans des toilettes.

Bien qu'à la portée de toute personne menstruée, le FIL demande tout de même un périnée tonique ainsi qu'une grande connaissance de son corps et de ses règles (ce que j'encourage d'une manière générale). De plus, un accès rapide et facile à des toilettes est primordial, surtout au début de l'apprentissage. Concernant le SCT cité en amont, il semblerait que le risque ne soit pas accentué avec la pratique de la continence menstruelle.

Pourquoi ne pas essayer les jours où vous êtes à la maison en repos ou en télétravail ? Pensez éventuellement à mettre une protection externe en précaution.

Les marques de culottes menstruelles

Trouver des marques proposant différents genres de protections menstruelles durables et lavables est de plus en plus facile (même des maillots !! ). En voici quelques-une dont j'apprécie les produits testés (et approuvés) et avec qui je travaille. Leurs modèles sont très jolis, efficaces et confortables, tout en ayant une composition respectueuse de l'environnement et ne notre santé.

  • Mina Storm — Lingerie éthique et menstruelle
    (10% de réduction sur toute commande avec le code HELENE10)
  • Moodz — Lingerie menstruelle
    (20% de réduction sur toute commande avec le code MOODZSELONHELENE20)
  • We Are Jolies — Lingerie inclusive et menstruelle
    (10% de réduction sur toute commande avec le code SELONHELENE10)

J'ai personnellement plusieurs sous-vêtements en fonction de mon flux et de mon besoin de réconfort en cette période toujours difficile et douloureuse pour moi. J'adapte selon mon envie de porter une cup et/ou de mes pantalons.

Différence entre protections menstruelles et hygiéniques ?

Avant de conclure, j'avais envie de vous partager mon point de vue totalement personnel. Bien que les deux termes font référence à la même chose, à savoir les protections en période de règles, je tente dans mon langage de privilégier celui de protections menstruelles et de non de protections hygiéniques. Pourquoi ?

Tout simplement parce que les règles sont depuis bien trop longtemps à différents degrés source de discrimination, d'humiliation, de honte, de maltraitance psychologique et physique.

Se prendre des remarques sexistes et humiliantes, éprouver une grande gêne et un sentiment d'inconfort psychologique et physique, vivre une précarité menstruelle car impossible de s'acheter des protections, décrochage scolaire pendant ses menstrues par manque d'accès, exil de chez soi en période de règles, considérées comme impures,... Bon nombre de problématiques réelles et actuelles subies par les personnes menstruées dans différentes régions du globe, y compris chez nous.

Les règles c'est tabou !

Qui n'a jamais caché son paquet de serviettes ou de tampons avec le reste des courses sur le tapis au moment de passer en caisse ? Ou qui n'a jamais dissimulé un tampon sous sa manche au moment de sortir de classe ou du bureau ? Quel terme utilisez-vous pour dire que vous avez vos règles ? Pourquoi avez-vous baissé le ton même dans vos pensées ?

La grande majorité des personnes concernées (ou pas d'ailleurs) éprouvent de la honte dans ces moments auprès de leur entourage, de leur(s) partenaire(s), voire d'elles-mêmes !

Pourtant, nous parlons d'un phénomène qui arrive, symboliquement, à une personne sur deux chaque mois, quasi la moitié de sa vie. En nombre de jours de saignement, nous parlons d'environ six années.

C'est quelque chose de totalement naturel, pouvant être approprié à une "bonne santé" (ou du moins pas trop mauvaise) et qui participe à la procréation. Si vous voulez des enfants, c'est plus ou moins pratique.

Ne soyons plus gênés·es de dire que nous avons nos règles, d'en parler, nous plaindre si nécessaire, demander de l'aide si nous avons mal, si nous ressentons de la tristesse ou de la déprime,... Non, les menstrues ne sont pas quelque chose de "dégueulasse", de "sale", de "pas hygiénique" ou encore d'honteux.

Les règles c'est une histoire de meuf !

Énormément de femmes se sentent particulièrement seules à ce moment de leur cycle. Elles n'osent pas en parler à leur conjoint, et si elles le font, elles se fracassent contre un mur du style "Je veux rien savoir de tout ça, ça ne me concerne pas" #onaimeonadore.

C'est malheureusement causé en grande partie à l'éducation que nous donnons aux enfants. Cercle vicieux de nos propres conditionnements. Il suffit de tendre l'oreille autour de nous : "Ne touche pas à ça, c'est pour les filles ! "

Il est temps de changer les règles (ok, je n'ai pas pu m'en empêcher) ! De faire comprendre que tout le monde est concerné par ce phénomène, que l'on soit une personne menstruée ou non.

De plus, dire que ça ne regarde que les femmes, c'est nourrir encore et toujours cette vision totalement binaire de la société patriarcale (je ne l'avais pas encore dit de tout l'article, je peux) concernant la question de genre. Des hommes peuvent aussi est menstrués. Et certaines femmes ne pas l'être pour différentes raisons.

Finalement, cup réutilisable, serviette lavable ou culotte périodique ?

Vous l'aurez compris, se pencher sur l'utilisation de protections menstruelles écologiques est une grande source de bénéfices à la fois pour notre santé, mais aussi pour celle de l'environnement (et d'une certaine manière, la boucle sera bouclée). Il semblerait que nous soyons 20% à déjà en utiliser. Parlons-en autour de nous !

Diminuer ses déchets, éviter les substances toxiques, gagner en confort et en liberté mais aussi en connaissance de son corps et de ses règles. Sans parler des économies effectuées sur tout une vie (je prends notamment l'exemple de la cup).

Choisir, ce n'est pas renoncer ! Il est totalement envisageable d'en utiliser plusieurs à la fois ou alternativement (jour/nuit). Le mieux est de tester, s'approprier les alternatives, aimer et/ou détester en fonction de son cycle, des périodes de vie, des sensations. Vous êtes la seule personne à savoir quelle protection correspond le mieux à votre corps alors écoutez-le et faites-vous confiance !

Votre corps, votre choix.


Partager l'article

L'entrenous

Envie d’en lire un peu plus ?

Selon le chemin parcouru durant le mois, je vous partage plus intimement des recettes exclusives, des dates ateliers-rencontres, des coups de cœur, des bons plans, des pistes de lecture et d’écoute, un peu plus de moi, entre nous.